Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

" C‘est une sorte de “devoir” de campagne qu’a proposé fin février Renaissance du Vieux Limoges aux candidats à l’investiture. Et ils ont presque tous planché.

Le patrimoine, bon sujet de campagne

L'heure est au ramassage des copies. On juge la forme et surtout le fond. Michel Toulet, président de Renaissance du Vieux Limoges (RVL), n'a pas envie de jouer les correcteurs et s'abstient donc de tout commentaire. Il a jeté un pavé dans la mare, à inviter, le mois dernier l'ensemble des têtes de liste à plancher sur le thème du patrimoine, et rend aujourd'hui public le fruit de cet exercice.

À ce jeu, seule la liste de Lutte Ouvrière menée par Elisabeth Faucon n'a pas répondu. En revanche, Stéphane Bobin qui n'a pas réussi à boucler sa liste de "55 citoyens pour Limoges" a renvoyé un exposé fourni, étayé et bien présenté. "Aimons Limoges", "Limoges Alternance" et "Terre de Gauche" produisent deux pages concises et didactiques, un pensum un peu moins long pour le Front National, mais trois pages argumentées de la part de "Limoges 2014" signées par Alain Rodet qui demande du reste certaines précisions. Le centriste Pierre Coinaud, le frontiste Vincent Gérard et Gilbert Bernard du Front de Gauche ont accepté de rencontrer les membres de RVL avant de renvoyer leur courrier. Roger-Emile Lombertie de l'UMP a opté pour un entretien téléphonique. Aucun échange verbal n'a eu lieu avec les autres.

Tous ont été interpellés sur cinq points : la création d'un Centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine (CIAP) à ouvrir dans le cadre du label Ville d'Art et d'histoire ; l'instauration programmée d'une aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine (AVAP) ; le ravalement décennal des façades ; le patrimoine enfoui et celui actuellement menacé.

CIAP, label, AVAP. Si la création du CIAP fait l'unanimité, qualifiée d'« urgente » par les "55 citoyens" et d'« obligation non respectée » par "Terre de Gauche", que le label Ville d'Art et d'Histoire est perçu comme « une chance » et « un atout », la création de l'AVAP n'enthousiasme pas Stéphane Bobin qui relaie le scepticisme des associations du patrimoine. En revanche, les centristes voient l'AVAP comme un tremplin pour créer « un secteur sauvegardé qui ciblerait les c'urs historiques de Limoges ». "Limoges Alternance" plaide même pour l'intégrer dans « un cahier des charges de la rénovation du centre ». Quant à "Terre de Gauche", elle souhaite élargir cette aire hors du périmètre de la Cité et du Château.

Façades. L'obligation de ravalement décennal, les avis sont plus mitigés, entre ceux qui optent pour la carotte et ceux qui préfèrent le bâton. Les "55 citoyens" estiment que la municipalité doit faire respecter cette obligation. Un avis partagé par "Limoges Alternance" qui souhaite conjuguer cette obligation avec « la rénovation des logements indignes ». En revanche, "Aimons Limoges" est beaucoup plus nuancée sur le sujet, jugeant le ravalement décennal « trop contraignant ». Un point commun avec "Terre de Gauche" qui préfère faire « du cas par cas », voire « différencier les types de propriétaires ».

Valorisation du patrimoine. Qu'il soit enfoui ou « menacé », il suscite les idées. La préservation des immeubles Lacaux et Faure – ou du moins de leurs façades – rallie "Aimons Limoges", "Limoges Alternance" et "Terre de gauche", tout comme la valorisation du baptistère paléochrétien, du mausolée de la Courtine et de la voie gallo-romaine. « La conservation des vestiges et des témoins de l'ancienne civilisation développée sur la terre limougeaude est plus que nécessaire », écrit même "Limoges Bleu Marine". L'idée d'un itinéraire touristique est également largement reprise, comme celle d'un musée autour de l'histoire limougeaude ou encore un lieu de rencontres culturelles et artistiques. Et la majorité des candidats s'appuie sur le patrimoine comme axe de développement économique et enjeu d'avenir. De quoi satisfaire les membres de Renaissance du Vieux Limoges, à commencer par leur président Michel Toulet.

hôtel de commandement "Aimons Limoges " y placerait volontiers le siège du CIAP et plus largement en ferait un établissement culturel conventionné avec le musée d'Orsay.

caserne marceau "Aimons Limoges" toujours la transformerait en centre de congrès et d'affaires.

maison du peuple "Terre de Gauche" propose d'en faire « une véritable université populaire », lieu qui retrace « l'histoire des luttes et les traditions associatives et coopératives de la ville ». Un espace muséographique que les "55 Citoyens pour Limoges" verraient bien dans l'ancien bâtiment d'Eurodif ou l'ancienne école d'institutrices.

place de la république "Aimons Limoges" et "Limoges Alternance" portent une attention particulière à cette place et à la mise en valeur de la crypte Saint-Martial."

Maryline Rogerie

Le patrimoine, bon sujet de campagne...

Partager cet article

Repost 0